Les croyances irréalistes

Classé dans : CCC, coaching, FAQ | 0
croyances limitante irréaliste irrationnelle Benoit Cellier singulierpluriel.fr
transformer ses croyances et briser ses chaînes

En coaching cognitif et comportemental, il existe 3 concepts fondamentaux :

  • Les pensées automatiques
  • Les croyances irréalistes
  • Les biais cognitifs

Aujourd’hui je vais vous parler des croyances irréalistes.

Les croyances

Nous avons tous des croyances que nous construisons depuis notre plus jeune âge. Beaucoup sont aidantes pour notre développement et notre épanouissement. Par exemple se dire « je suis compétent dans mon métier » n’est pas à remettre en cause car certainement aidant au quotidien. Sauf si…

Sauf si, se sachant compétent, nous dénigrons le travail des autres ou encore nous accumulons le travail en refusant de déléguer. Cela peut générer de l’agacement chez nos collègues, de l’isolement et du stress pour nous. Cette croyance n’est alors plus aidante mais devient contre-productive.

Les croyances irréalistes

On parle indifféremment de croyance contre-productive, irréaliste, irrationnelle ou croyance limitante (en référentiel de PNL).

Les croyances irréalistes sont des « propositions », des « théories » qui sont propres à chaque individu. Ce sont des filtres à travers lesquels chaque personne va percevoir et interpréter ce qui l’entoure : les situations, ses propres actions ou bien celles des autres.

Quelques exemples de croyances potentiellement irréalistes :

  • si je veux que le travail soit bien fait alors je dois le faire moi-même
  • si je prends une mauvaise décision alors je suis un incompétent
  • je suis né ainsi et je ne peux pas changer
  • je n’ai pas le niveau pour atteindre mes objectifs
  • ce n’est pas normal que les autres ne pensent pas comme moi
  • je n’ai pas le droit de dire non
  • je dois impérativement paraître brillant aux yeux des autres
  • je n’ai pas droit à l’erreur ou à l’échec

Les caractéristiques d’une croyance irréaliste sont :

  • Elle est fabriquée par la personne qui décide de « croire » en cette proposition. Exemple : « De toute façon, je vais me planter car je suis incapable de prendre la parole en public. »
  • Elle est tenue pour vraie pour la personne alors qu’elle n’est pas vérifiée objectivement par des faits. La personne ne retient dans les situations que les éléments renforçant sa croyance. Exemple : « Les responsables ne comprennent rien au travail de leurs collaborateurs, il n’y a qu’à voir le mien. »
  • Elle n’est pas « vraie » dans le sens où elle n’est pas démontrable et ne décrit la vision que d’une personne (2 individus pouvant avoir sur le même sujet des croyances opposées)
  • Elle est source d’inadaptation et entraîne des réactions comportementales, affectives et cognitives handicapantes et inappropriées en situation. Exemple : stresser très fortement quand un supérieur nous interpelle, fuir au lieu de savoir ce qu’il veut…

Quelles conséquences ?

Toutes nos croyances engendrent des pensées automatiques (interprétation subjectives des situations) et des émotions, comportements et réactions en concordance avec nos croyances. Le coaching cognitif et comportemental utilise de nombreuses méthodes pour :

  • Identifier les croyances contre-productives en s’interrogeant sur nos réactions et émotions lors de situations passées.
  • Flexibiliser, c’est-à-dire atténuer le caractère négatif de ces croyances et les remplacer par d’autres plus aidantes.

Dans ce modèle, j’apprécie personnellement l’absence de jugement des croyances de l’autre. La seule question réellement importante est : Est-ce aidant pour moi de croire une telle chose ?

Et maintenant, à vous de jouer :

  • Prenez un instant pour réfléchir aux croyances qui vous limitent. (certaines viennent spontanément)
  • Essayez de vous remémorer une situation dans laquelle vous avez été gêné par ces croyances.
  • Imaginez maintenant que ce soit quelqu’un d’autre (sans vos croyances) qui ait vécu cette situation à votre place. Comment a-t-il agit, qu’a-t-il pensé ?

Quels enseignements pouvez-vous tirer sur ce qui serait aidant ou pas pour vous ?

Vous avez aimé cette page ? Partagez-la !

Laissez un commentaire